Lifestyle Mode

Mon regard sur la Fast Fashion

10 juillet 2020

Je me revois encore avec ma grand-mère on installait le portant de vêtements et des femmes venaient déjà chiner.
J’avais 8-9 ans, née à la fin des années 80, ma garde robe était composée de vêtements trop petits de mes cousines ou de choses achetées en « foire à tout » ou lors de vide dressing dans les écoles du coin.

Avec le collège, l’adolescence, et la mode de Jennyfer et des buffalos, le style est bien différent. On veut les mêmes choses que les autres. Ma mère ne voulant pas dépenser, j’ai des Jennyfer like et parfois un vêtement « de marque ».

Le lycée. La découverte de Gossip Girl et du style preppy !
Complexée je met rarement des jupes et des robes, mais j’essaie tant bien que mal d’avoir des hauts stylés.
Retour de chine et magasins.

A la fac, première vraie histoire d’amour, et je me cherche encore.
Inspiration Gossip Girl et Scene Queen, et beaucoup de friperies.
Mon dressing semble appartenir à 3 personnes différentes.

J’attends les soldes avec impatience.
Je suis étudiante et photographe freelance. J’ai peu d’argent : J’attends les soldes chez Pimkie et New Look avec impatience.

Sans surprise, les jeans se déchirent au niveau des cuisses, s’étirent, ne me durent pas.
Il y a de nouvelles collections tous les mois.
J’ai l’impression d’être revenue au lycée où je n’étais jamais « à la mode » toujours envieuse de ce que les autres pouvaient s’offrir.

Je n’étais pas satisfaite de mon dressing, ce qui me faisait mal juger mon corps.
Les vêtements que j’achetais étaient tendances mais mal coupés et ne m’allait pas.

Je chine car j’aime le côté rétro, et aussi car c’est moins cher, et que j’aime les choses qui ont une histoire.

Un jour j’ai trouvé un travail dans une entreprise qui fabriquait des T-Shirt et des goodies geek.
Un T-Shirt coûte moins de 3€ à être fabriqué.
Il est revendu 6 fois plus cher.
Quand j’ai découvert ça, je n’ai plus regardé les vêtements de la même façon.
J’avais l’impression que l’on était tous les vaches à lait des grandes enseignes de mode, et en plus, si ce vêtement était acheté moins de 3€, combien était payée la personne qui avait fabriqué ce T-Shirt en Chine ou en Inde ?

C’est à ce moment que j’ai eu ma prise de conscience. Mon stop.
J’allais diminuer mes achats neufs et privilégier les friperies et la seconde main.

Cela a été également accompagné d’une prise de conscience au point de vue matériel. Combien de vêtements je possédais ? Combien je ne portais plus du tout ?

J’avais l’impression de suffoquer, donc comme toute personne extrême, j’ai fait un énorme tri. Je n’ai pas été comme Marie Kondo, je n’ai pas remercié ce pull H&M qui a été déformé au premier lavage. Par contre j’en ai fait dont. En espérant qu’il puisse servir à quelqu’un qui en avait besoin.

Je crois à present que je n’achète du neuf qu’une fois par an.
Une jupe Uniqlo il y a deux ans (vous ne me reverrez plus d’ailleurs Uniqlo), une Parka et un sac pour l’Ecosse, des baskets Veja cette année.

Si je dois acheter, je me pose les bonnes questions :

Est ce que j’en ai besoin ? Pourquoi ? Est ce que je peux le trouver sur Vinted ou le bon coin ?

Ensuite j’attends avant d’acheter, voir si cela passe.

Et si j’achète, c’est en seconde main. Si c’est un vêtement, il doit aller avec 3 pièces de mon dressing.
Par exemple un haut doit aller avec un jean, et deux de mes jupes par exemple.

C’est plus difficile avec les chaussures mais je m’en sort.

Cela permet de limiter les achats compulsifs et de bien penser chaque achat. Bien sûr parfois je craque pour une jolie robe comme cette robe Monoprix que j’avais repérée en magasin. Mais croyez en mon amie Maria : Tout se trouve sur Vinted il suffit d’attendre 3 mois.

Cette prise de conscience a été renforcée par l’influence de femmes inspirantes, j’ai appris à me créer un style, à savoir ce qui m’allait et ce qui ne m’allait pas, à copier parfois des looks car c’était plus facile pour débuter.

Ma mère ne me l’a jamais appris, donc si vous trouvez un jour ma tenue jolie, c’est grave à mes amies Megane, Maria (qui a d’ailleurs fait les photos de cet article, merci Maria!), Cécile ou Nawal.

Et l’avenir ?

J’aimerais trouver mon style et m’y tenir, avoir des pièces intemporelles et qui durent, mais aussi de jolies tenues pour faire des photos. Apprendre à mieux composer.
Mais toujours faire attention à la provenance des vêtements et des étiquettes.

Si vous voulez poursuivre la lecture sur le sujet, Nawal parle de l’effet de mode du vintage afin que vous ne vous fassiez pas avoir, et Maria décrypte les étiquettes !

Pour la partie Shopping. Vinted, les friperies, Emmaus et le bon coin.

Si vous n’aimez pas chiner, vous trouverez des merveilles chez Habits du dimanche, Milochka Vintage, et vous soutiendrez des femmes géniales et locales (Paris et sa petite couronne)

J’espère que cet article vous aura plu, il est un peu plus personnel. Je souhaitais savoir si vous aussi, vous avez vécu une prise de conscience au niveau de la mode, de votre manière de consommer ?

  • Reply
    Maria
    11 juillet 2020 at 22 h 56 min

    « Par exemple un haut doit aller avec un jean, et deux de mes jupes par exemple » donc, en somme, avec toute la penderie de Lydie minimaliste? ahah
    Maria la décrypteuse d’étiquettes est très en phase avec tout cela, même si je ne pourrai jamais être minimaliste, j’aime trop les « choses »!
    Bisous

  • Reply
    Laurelas
    18 juillet 2020 at 20 h 22 min

    Clairement ces dernières années je fais attention (et 95% de mes achats de vêtements se font via Vinted ou Emmaus/les friperies/ressourceries) alors qu’avant je ne me posais pas trop la question… mais je crois n’avoir jamais été une acheteuse compulsive et j’ai des fringues fast-fashion qui ont duré des années (et que je porte encore d’ailleurs) donc j’essaie de ne pas trop m’en vouloir quand j’achète du neuf, je le rentabilise bien disons. Par contre l’ennui avec le vintage/les friperies c’est que dès qu’on dépasse le 38 c’est parfois compliqué… même certaines vendeuses sur Vinted n’ont que du 36 au 40 et c’est frustrant 🙁

    • Reply
      Lydie
      5 août 2020 at 13 h 15 min

      Oui c’est difficile de trouver, et parfois elles mettent 42 mais sans mettre les mesures, et comme c’est du vintage et qu’elles avaient des tailles plus petites que nous, tu te retrouves avec une robe en 38…

Leave a Reply

Instagram

Suivez moi!